Comment consommer de façon éco-responsable en tant qu’étudiant ?
Atelier réparation de vélos, Etu’Récup, 27/11/2018, Inès GUITTONNEAU

Comment consommer de façon éco-responsable en tant qu’étudiant ?

Inès GUITTONNEAU

De plus en plus avertis sur les problématiques environnementales et sociales, nombre d’étudiants essayent d’adopter une consommation plus raisonnée ; voilà pourquoi et comment.

Le Black Friday, symptôme d’une surconsommation non-durable

Le 23 novembre dernier se tenait le « Black Friday », un évènement consistant à proposer des soldes à des taux très intéressants – en 2017, les Américains y avaient dépensé 58 milliards de dollars. La surconsommation liée à l’évènement mène à la question de la production massive de déchets et de la pollution que la fabrication et le transport des biens impliquent.

En 2017, près de 45 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques ont été recensés dans le monde – l’équivalent de 10 pyramides de Khéops. Seulement 20% ont été recyclés contre 80% brûlés (produisant des gaz à effet de serre) ou entassés dans des décharges (polluant les eaux lors de leur décomposition). Un jean parcourt 65 000 km et consomme 7 000 litres d’eau durant sa production. 80% du coton dans le monde serait du coton OGM. Nos vêtements sont fabriqués avec des fibres synthétiques issues du pétrole, et produits dans des conditions souvent très difficiles (stress, au contact de produits toxiques, travail des enfants, horaires interminables). Tous ces déchets et la baisse de qualité sont une conséquence de la « fast fashion », qui produit sans arrêt des vêtements de faible qualité en grosse quantité peu recyclés : en effet, l’équivalent d’un camion de vêtements est jeté chaque seconde. La démocratisation des achats en ligne implique une empreinte carbone gigantesque pour livrer tous ces produits, et beaucoup de renvois sont jetés.

En ce qui concerne la nourriture, la France à elle seule en gaspille 10 millions de tonnes chaque année selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), sans compter l’impact carbone et la production de déchets que les emballages entraînent.

Quels sont les premiers pas vers une consommation éco-responsable ?

Dans ce contexte de surconsommation, de gaspillage et de non-respect de l’éthique, de plus en plus d’étudiants décident de s’informer afin de mieux comprendre les enjeux de leurs achats. Brieg, étudiant dans l’environnement à Bordeaux, a particulièrement conscience de ces réalités : il évoque la production d’émissions de CO2 lors de l’acheminement d’un produit et de l’importance de vérifier son parcours, de privilégier les petites entreprises plutôt que les supermarchés… « Pour les effets de la pollution, on peut parler du réchauffement climatique, mais pour moi ce qui est le plus important actuellement, c’est la pollution plastique et son effet sur les mers. » déclare-t-il, expliquant ensuite la répercussion des déchets plastiques qui se transforment en microparticules pour être ingérés par planctons, poissons, et au final l’homme.

Diminuer sa production de déchets, ou même passer au Zéro Déchet, ça paraît difficile, voire impossible pour un étudiant. A part éviter le plus possible les supermarchés, emballages plastiques et shopping dans des enseignes de fast fashion (H&M, Primark, Asos…), que faire ?

C’est la question à laquelle essaye de répondre l’association Etu’Récup sur le campus, dont le but est de « réduire les déchets par le changement des habitudes quotidiennes », explique Clément, membre de l’association. C’est entre autres une « ressourcerie » : à partir de dons, elle revend à prix libre vêtements, matériel ou mobilier, proposant une autre façon d’acheter. Il y a également une zone de gratuité mise à disposition. L’association anime aussi des ateliers réparations (de vélos, de matériels informatiques), de couture, des évènements pour sensibiliser le public étudiant et des activités pour concrétiser ce discours. Récemment, dans le contexte de la SERD (Semaine Européenne de Réduction des Déchets) du 18 au 24 novembre, Etu’Récup organisait la Semaine Etudiante Anti-Gaspi, pour parler de la réduction des déchets par l’action concrète (interventions de bloggeuses Zéro Déchet, ateliers cuisines avec des invendus, etc.).

Les autres moyens de consommer différemment

Les ateliers et les activités d’Etu’Récup sont un premier pas vers une consommation plus raisonnée et responsable, mais pourquoi s’arrêter là ? Pour éviter les enseignes de fast fashion qui polluent et surchargent les décharges, il est possible de se tourner vers une des nombreuses friperies de Bordeaux : Freep’Show et Vintage Paradise, Steak Fripes, Trafic… Sans oublier Emmaüs ou les vides-dressings qui pullulent à Bordeaux (facilement repérables avec les évènements sur Facebook). Il y a plein d’alternatives qui encouragent la création de son propre style, à moindre coût et bien plus écologiques. Et pour revendre, munissez-vous de votre téléphone pour donner une seconde vie à votre article avec Vinted, une application qui permet de faire de la place dans votre placard et d’éviter à quelqu’un d’autre d’acheter du neuf.

Envie d’une pizza, d’un bagel ou de gâteaux ? Avec l’application TooGoodToGo, qui signale les invendus des magasins autour de vous, vous pouvez disposer d’un assortiment de produits à petit prix. Vous vous contentez de faire vos courses ? Téléchargez donc Yuka, qui vous permet de scanner un produit en quelques secondes et d’obtenir une analyse de son contenu – s’il est trop gras, trop sucré… Les meilleurs produits sont bien souvent ceux dont la liste d’ingrédients est courte.

Consommer de façon responsable, ce n’est pas impossible, et en prenant en compte les dégâts environnementaux que les déchets et la surproduction provoquent, c’est la suite logique aux mouvements écologiques qui agitent la population depuis quelques années. Chaque petit geste compte, jusqu’à pouvoir demander des changements au niveau national, puis international. C’est l’idée du mouvement « On est prêt », un collectif de personnalités d’Internet qui poussent à agir pour le climat en diffusant un défi par jour. Consommer de façon responsable, c’est consommer plus naturel, plus respectueux des producteurs, de votre porte-monnaie au long terme, et de la planète. Rendez-vous le 8 décembre pour la Marche mondiale pour le climat !