Le reconfinement : réussite ou échec ? (Point de vue étudiant)

Le reconfinement : réussite ou échec ? (Point de vue étudiant)

Le confinement est de retour. C’est ce que le président Emmanuel Macron a annoncé à la France ce mercredi 28 octobre 2020. Effectif depuis le 30 octobre, celui-ci amène de nombreuses questions et débats, notamment chez les étudiants souvent accusés et maintenant confinés.

Depuis le 30 octobre, la France vit au rythme du reconfinement afin de contrer la deuxième vague de l’épidémie de Coronavirus. Déjà expérimentée au printemps, cette procédure est cette fois assouplie. Les établissements scolaires restent ouverts avec un port du masque étendu pour tous à partir de 6 ans. Seules les universités et autres établissements du supérieur doivent assurer leurs cours à distance. Parfois accusés de propager le virus lors de rassemblements, intéressons-nous au point de vue des étudiants vis à vis du reconfinement.

La santé physique en dépit de la santé mentale ?

« Le manque d’activité physique et l’interdiction de vie sociale augmentent les cas de dépression sévères, les suicides, la violence conjugale et envers les enfants » Justine, étudiante en master à l’université Bordeaux Montaigne semble soucieuse. Bien que comprenant la nécessité du confinement afin d’endiguer la pandémie de Covid-19, qui connait un rebond depuis le mois d’octobre, avec pas moins de 47 637 nouvelles contaminations rien que pour la journée du 29 octobre et plus de 3156 malades en réanimation, les mesures prises par le gouvernement semblent discutables aux yeux des étudiants. Certains s’inquiètent de la santé mentale des plus vulnérables. Clémence indique « Le confinement est utile pour la santé physique mais c’est une catastrophe pour la santé mentale. » En effet, certains étudiants se retrouvent seuls, loin de leurs familles, dans des petits appartements. Ils ont parfois perdus leur emploi, aggravant des situations déjà précaires. À cela s’ajoute le fait que leur vie sociale est réduite à quelques cours ou discussions sur des plateformes en ligne. Cette absence de contacts humains peut entrainer beaucoup d’angoisses chez certains étudiants.

Peur de l’avenir

Les étudiants sont également soucieux de leur avenir professionnel, quelque peu mis à mal par la situation sanitaire du pays et le reconfinement qui en découle. En effet, l’incertitude quand à la tenue des stages parfois inclus dans les cursus universitaires, la peur de ne pas trouver de travail en sortie d’études ou de devoir se former à distance sont autant d’interrogations qui préoccupent les étudiants. Coline indique, inquiète « En tant que jeunes, on a peur de l’avenir pendant et après le covid. » Cette peur est renforcée par la crise économique qui semble inévitable pour bon nombre de secteurs d’activités.
Bien qu’indispensable pour tenter de contrer une épidémie mondiale, le reconfinement semble avoir ses limites. Entre angoisses dû à l’isolement et à une certaine peur de l’avenir, de nombreux étudiants semblent inquiets et se sentent abandonnés. S’il est encore trop tôt pour constater une potentielle amélioration de la situation sanitaire, il semble déjà trop tard pour le moral de certains étudiants. 
 

Anaïs GAMBATO