Les Prix Goncourt et Renaudot 2020 sont attribués à …

Les Prix Goncourt et Renaudot 2020 sont attribués à …

Femme

 

Le 30 Novembre dernier, les prestigieux prix littéraires, Goncourt et Renaudot, ont rendu leur verdict, en fin de matinée. Le prix Goncourt 2020 est donc attribué à l’écrivain Hervé Le Tellier pour son roman L’Anomalie, paru aux éditions Gallimard. Le Prix Renaudot a quant à lui était décerné à l’écrivaine Marie-Hélène Lafon pour son livre Histoire du fils, paru aux éditions Buchet-Chastel. Ils succèdent respectivement à Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois, et à La Panthère des neiges de Sylvain Tesson. Les délibérations et l’annonce des résultats se sont bien entendu fait à distance, par visioconférence, pour cause de crise de Covid-19.

 

Le Prix Goncourt récompense un roman exigeant et divertissant

Mathématicien de formation et ancien journaliste de 63 ans, Hervé Le Tellier faisait face à L’Historiographe du royaume de Maël Renouard, et a obtenu huit voix contre deux. Le Tellier est aussi président de l’association de l’OuLiPo, l’Ouvroir de Littérature Potentielle, un groupe de littérature inventive qui naît au XXe siècle et qui a pour objectif de découvrir de nouvelles potentialités du langage et de moderniser l’expression par le biais de jeux d’écriture.

 

L’Anomalie de Hervé Le Tellier raconte un événement difficilement explicable et qu’il s’acharne à expliquer. Voici son résumé : « Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension ». En Juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers du vol Paris-New York 0006 qui surgit d’une tempête pour la seconde fois à trois mois d’intervalle. Les 243 passagers sont persuadés d’atterrir en Mars, mais ils vont être confrontés à leur double déjà à terre.

 

Le 2 Novembre dernier, il était invité chez nos confrères de France Culture, lors d’un entretien au cours duquel il explique : « Chaque individu est confronté à son propre double. J’avais envie d’avoir beaucoup de personnages. Depuis longtemps, je voulais inscrire un livre dans différents genres. J’avais tous ces personnages à manipuler, chacun relevant d’un genre littéraire différent, dans un roman avec un ‘’S’’ pour traiter toutes les situations possibles face à cette duplication. ». Dans L’Anomalie, Hervé Le Tellier décline de nombreux destins romanesques aux vies rythmées par une question : « et si ? », avec laquelle ils doivent composer.

 

Pour le Prix Goncourt, il est coutume d’annoncer les résultats depuis le restaurant Drouant à Paris, et ce depuis plus d’un siècle. Espérons que cette tradition sera de nouveau de mise l’année prochaine !

 

A noté que Hervé Le Tellier a aussi fini finaliste du Prix Renaudot 2020 !

 

Mais la gagnante de ce Prix Renaudot 2020 n’est autre que …

Marie-Hélène Lafon, 58 ans, autrice de 13 romans, mais aussi professeure de Lettres Classiques à Paris. Le Prix Renaudot n’est pas sa première récompense pour son roman Histoire du fils, puisqu’il a remporté en Septembre dernier le prix des libraires de Nancy.

 

Le roman lauréat du Prix Renaudot 2020 se déroule sur tout un siècle, entre le début du XXe et le début du siècle suivant. Entre cet intervalle de temps se déroule l’histoire d’un fils vivant dans le Cantal et qui, ne connaissant pas son père, se crée malgré tout une vie pleine et heureuse en dépit de cette absence : « Le fils, c’est André. La mère, c’est Gabrielle. Le père est inconnu. André est élevé par Hélène, la sœur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines. Chaque été, il retrouve Gabrielle qui vient passer ses vacances en famille. Entre Figeac, dans le lot, Chanterelle ou Aurillac, dans le Cantal, et Paris, Histoire du fils sonde le cœur d’une famille, ses bonheurs ordinaires et ses vertiges les plus profonds, ceux qui creusent des galeries dans les vies, sous les silences ».

 

Lors d’une interview accordée à nos confrères de France Info, Marie-Hélène Lafon met l’accent sur le fait que cette histoire est véridique : « Cette histoire-là, je ne l’ai pas inventée, je l’ai rencontrée, j’en ai été le témoin, je m’en suis faite la greffière, je l’ai architecturée dans une narration un peu singulière, que l’ai tenté de rendre la plus fluide et la plus dynamique possible ».

 

Mais comment une histoire se déroulant pendant tout un siècle peut-elle être issue d’une histoire vraie, alors que son auteure n’a pas pu l’observer de bout en bout ? Marie-Hélène Lafon assure avoir été « le témoin direct du dénouement de cette histoire, et de cette révélation, comme un secret de famille ». Le réel lui a alors fourni la trame du roman, dans sa diversité et son inventivité.

 

Comme chaque année, le gagnant du Prix Goncourt reçoit une récompense symbolique, à savoir un chèque de dix euros (la tradition voudrait que les écrivains l’encadrent plus qu’ils ne l’encaissent), mais surtout la certitude de voir son roman numéro un des ventes de livres en France, devenant ainsi un best-seller, comme tous les livres ayant reçu cette consécration.

Pour ce qui est du Prix Renaudot, la lauréate gagne … rien du tout, mais elle peut tout de même espérer que son roman soit un franc succès en librairie au vu de l’exposition que lui offre cette reconnaissance du monde littéraire.

 

Alice Renaudon