Le SERVICE VOLONTAIRE EUROPÉEN : une opportunité à saisir

Le SERVICE VOLONTAIRE EUROPÉEN : une opportunité à saisir

Envie de voyager à moindre frais ? Étudiant en perdition, besoin d’une petite pause ? Si vous avez entre 17 et 30 ans, l’Europe a prévu quelque chose pour vous. Le Service Volontaire Européen (SVE pour les intimes) est une organisation d’envoi et d’accueil qui vous permet de partir dans plus de 50 destinations différentes à travers l’Europe mais aussi dans les pays « partenaires voisins de l’Union européenne » ou « partenaires dans le reste du monde ».

Aux vues de l’état bouché du marché de l’emploi, les universités encouragent leurs étudiants à prendre une année de césure pour retarder leur arrivée dans le monde du travail, mais ce n’est pas la seule bonne raison de choisir le SVE. Sur le site www.cemeacentre.org, Lise, volontaire en Pologne se confie : « J’apprends énormément sur le plan professionnel mais je crois que l’enrichissement personnel du SVE est encore plus démentiel!». Amandine, également en Pologne, ajoute : « je développe mon ouverture d’esprit en côtoyant des personnes venant de toute l’Europe, je comprends mieux la situation de différents pays et je me sens vraiment une citoyenne européenne ».

Le principe du service Volontaire Européen est de mettre en lien les volontaires avec des associations ou organisations sur place, où ces derniers y feront toutes sortes de missions pour une durée de 2 à 12 mois. Garry, volontaire en Espagne explique : « je travaille 22 heures par semaine et la plupart du temps, mon travaille ici consiste à jouer avec les enfants ». D’autres sont engagés auprès d’associations destinées à promouvoir le volontariat, intégrer les personnes immigrées ou qui agir pour l’environnement.

Tous s’accordent à dire que leur niveau de langue (anglais dans la grande majorité) s’améliore très rapidement, ils acquièrent diverses compétences professionnelles suivant leur projet respectif en accord avec celui de l’association à laquelle ils sont rattachés. Un plus incontestable dans un CV à leur retour en France : « Maintenant en recherche d’emploi, je peux dire que les employeurs apprécient beaucoup une expérience de volontariat à l’étranger. » écrit Mlle Colette, au retour de neuf mois à Vienne dans le journal en ligne www.madmoizelle.com.

Le bonus ? Les frais sont entièrement couverts par la Commission Européenne, avion, logement sur place, jusqu’à la nourriture ! L’agence Erasmus+ Jeunesse précise : « Les jeunes volontaires reçoivent de l’argent de poche et leur protection sociale est assurée. Ils bénéficient également d’un soutien linguistique en ligne et d’un tutorat tout au long de leur projet SVE. » D’autre part, aucun prérequis n’est demandé, pas besoin d’attester d’un quelconque niveau de langue ou d’un diplôme particulier.

Cependant, l’expérience est réservée aux « jeunes ayant moins d’opportunités », ce qui représente 40 % des dossiers gérés par l’agence française en 2015 selon les chiffres du Monde. Cela reste extrêmement attractif et immanquable lorsque l’on sait que l’Europe est aujourd’hui menacée. Il est donc impératif pour les nouvelles générations de prendre conscience de leur appartenance et de leur identité européenne, et de saisir leur chance !